Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

flâneries picturales en musée

flâneries picturales en musée

Visites des musées des Beaux-Arts de France et leurs expositions temporaires


Les villes ardentes - Art, travail, révolte (1870-1914)

Publié par Faustine sur 14 Août 2020, 15:35pm

Catégories : #exposition, #impressionnisme, #peinture française du XIXe

Depuis 2010, le festival Normandie Impressionniste a lieu tous les 3-4 ans durant le printemps et l'été (exceptionnellement cette année été et automne). De nombreuses expositions ont lieu dans divers musées normands. J'ai décidé d'en visiter plusieurs. Voici la première qui a lieu au musée de Caen jusqu'au 22/11. Je vous en fais un résumé.

 

Le pittoresque des faubourgs industriels

Quelques années après qu'Armand Guillaumin ait exposé une toile, consacrée au paysage industriel, lors du premier salon impressionniste de 1874. Le critique Joris-Karl Huysmans encourage les peintres à exprimer "toute cette fièvre moderne que présente l'activité de l'industrie."

Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Neige à Ivry (1873), Genève

Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Neige à Ivry (1873), Genève

Peindre les quais

Les ports et les rives industrielles constituent des lieux d'inspiration. Le regard du peintre se partage entre le spectacle des travailleurs (mêlés aux badauds) et l'observation d'un nouvel outillage moderne (drague, grue). Les hommes de peine, dockers, coltineurs, cribleurs de sable... sont les sujets de nombreuses oeuvres.

Henri GERVEX (1852-1929), Le Coltineur de charbon (1891), Lille

Henri GERVEX (1852-1929), Le Coltineur de charbon (1891), Lille

Armand GUILLAUMIN, Le cribleur de sable (1891), Genève

Armand GUILLAUMIN, Le cribleur de sable (1891), Genève

Armand GUILLAUMIN, Pont d'Arcole vue du quai de l'hôtel de ville (1878), Genève

Armand GUILLAUMIN, Pont d'Arcole vue du quai de l'hôtel de ville (1878), Genève

Camille PISSARRO (1830-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, marée montante (1903), Le Havre

Camille PISSARRO (1830-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, marée montante (1903), Le Havre

Les chantiers urbains

Dans le Paris post-haussmannien, les travaux sont nombreux en vue des expositions universelles, pour l'extension des voies ferrées et la construction du métro. Au milieu de ce chantier, les artistes font autant attention à la structure géométrique des échafaudages qu'à l'énergie des ouvriers.

Paul-Désiré TROUILLEBERT (1829-1900), Travaux de relèvement du chemin de fer de la ceinture, le pont de la rue de la Voûte (1888), Paris-musée d'Orsay

Paul-Désiré TROUILLEBERT (1829-1900), Travaux de relèvement du chemin de fer de la ceinture, le pont de la rue de la Voûte (1888), Paris-musée d'Orsay

Jules-Charles AVIAT (1844-1931), Le Chantier du lycée Lakanal à Sceaux (1884), Chambéry

Jules-Charles AVIAT (1844-1931), Le Chantier du lycée Lakanal à Sceaux (1884), Chambéry

Frantisek KUPKA (1871-1957), Couvreurs sur les toits de Paris -encre de chine, fusain et aqaurelle, Collection Dixmier

Frantisek KUPKA (1871-1957), Couvreurs sur les toits de Paris -encre de chine, fusain et aqaurelle, Collection Dixmier

Frantisek KUPKA, Les Mystères de la construction du métropolitain, Collection Jean-Louis Milin

Frantisek KUPKA, Les Mystères de la construction du métropolitain, Collection Jean-Louis Milin

Maximilien LUCE (1858-1941), La Construction du Sacré-Coeur (1900), Genève

Maximilien LUCE (1858-1941), La Construction du Sacré-Coeur (1900), Genève

Au seuil du travail

Les artistes entreprennent de peindre les cortèges d'ouvriers, qui tôt le matin ou tard le soir, entrent dans les manufactures ou en ressortent. Leurs oeuvres sombres témoignent des difficiles conditions du labeur.

Raoul DUFY (1877-1953), Fin de journée au Havre (1901), Le Havre

Raoul DUFY (1877-1953), Fin de journée au Havre (1901), Le Havre

L'industrie à domicile

Le tisserand et la repasseuse illustrent la permanence d'une activité domestique, proto-industrielle. Payés à la pièce, ils travaillent de manière épisodique, maintenus tous deux dans une dépendance forte de celui qui leur passe commande.

Paul SERUSIER (1864-1927), Le Tisserand (1888), Senlis

Paul SERUSIER (1864-1927), Le Tisserand (1888), Senlis

Louis-Joseph ANTHONISSEN (1849-1913), Atelier de repasseuses à Trouville (1888), Pau

Louis-Joseph ANTHONISSEN (1849-1913), Atelier de repasseuses à Trouville (1888), Pau

Albert DECAMPS (1862-1908), L'Apprenti tisserand, Abbeville

Albert DECAMPS (1862-1908), L'Apprenti tisserand, Abbeville

Marie PETIET (1854-1893), Repasseuses (1882), Limoux

Marie PETIET (1854-1893), Repasseuses (1882), Limoux

La femme à l'usine

La main-d'oeuvre féminine pénètre massivement l'usine au gré de la mécanisation : le travail des femmes s'exporte hors du foyer.

Ferdinand-Joseph GUELDRY (1858-1945), Filature du nord, scène de triage de la laine (1913), Roubaix

Ferdinand-Joseph GUELDRY (1858-1945), Filature du nord, scène de triage de la laine (1913), Roubaix

Emile ADAN (1839-1937), Chez le doreur (1905), Angers

Emile ADAN (1839-1937), Chez le doreur (1905), Angers

Bâtisseurs et ouvriers

Dans son roman "L'Assommoir", Zola nous baigne dans la sombre vie d'ouvriers. Les peintres vont continuer dans ce naturalisme sombre et décrivent la réalité humaine des métiers de l'artisanat et de l'industrie. Attentifs aux gestes, costumes et outils, ils signent des oeuvres âprement documentaires.

 

Mathieu MERLIN (1853-1913), Les Ravaleurs (1886), Nevers

Mathieu MERLIN (1853-1913), Les Ravaleurs (1886), Nevers

Fernand CORMON (1845-1924), Une forge (1893), Paris-musée d'Orsay

Fernand CORMON (1845-1924), Une forge (1893), Paris-musée d'Orsay

Maximilien LUCE, Fonderie à Charleroi, la coulée (1896), Mantes-la-Jolie

Maximilien LUCE, Fonderie à Charleroi, la coulée (1896), Mantes-la-Jolie

Le travail suspendu

Les raisons pouvant conduire à la suspension du travail sont multiples : le chômage, l'accident, la grève, la manifestation.

Louis-Adolphe TESSIER (1858-1915), Le Chômage (1886), Angers

Louis-Adolphe TESSIER (1858-1915), Le Chômage (1886), Angers

Théophile-Alexandre STEINLEN (1859-1923), Caisse de grève (1901), Paris-BnF

Théophile-Alexandre STEINLEN (1859-1923), Caisse de grève (1901), Paris-BnF

Paul-Louis DELANCE (1848-1924), Grève à Saint-Ouen (1908), Paris-musée d'Orsay

Paul-Louis DELANCE (1848-1924), Grève à Saint-Ouen (1908), Paris-musée d'Orsay

Théophile-Alexandre STEINLEN, Manifestation populaire (vers 1903), Tourcoing

Théophile-Alexandre STEINLEN, Manifestation populaire (vers 1903), Tourcoing

Léonie HUMBERT-VIGNOT (1878-1960), Un jour de grève : L'Attente, Le Défilé, La Mort (1910), Lyon

Léonie HUMBERT-VIGNOT (1878-1960), Un jour de grève : L'Attente, Le Défilé, La Mort (1910), Lyon

Cette exposition était intéressante. J'y ai découvert des peintres. Et j'ai pu visualiser le Paris ouvrier du XIXe siècle que j'ai lu dans Zola.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
On comprend bien le sens de "mouvement ouvrier". Parfois, seuls les costumes ont changé d'époque...
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents